Little Crazy Me

vendredi

24

juin 2016

0

COMMENT

I made it home

Written by , Posted in Perso

  
J’ai ressenti plein de choses différentes depuis que nous vivons aux Etats-Unis. J’en parle ici et là mais sans complètement prendre de recul.
Il faut dire que la bonne nouvelle c’est que tout ce que je ressens est très positif. Et parfois j’ai un peu peur d’oublier et de m’habituer (de devenir blasée quoi !!!).
Il faut avouer que je n’ai jamais vraiment aimé la France et Paris en particulier. Comme tous les « provinciaux » (et/ou DOMiens), on m’a rabattu les oreilles avec Paris par-ci, Paris par-là. Comme si c’était la seule chose qui comptait : Paris !!!
La France m’a aussi constamment fait me sentir différente, inadaptée, je ne cadrais pas. Pas tout le monde bien entendu, mais la plupart du temps je me sentais exclue. Je sais que ce n’était peut-être que dans ma tête.
Mais quand j’ai déménagé aux Etats-Unis pour la première fois en 2002 (après 3 mois de mal du pays où je découvrais cette culture pour de vrai) je me suis sentie chez moi pour la première fois de ma vie. 
Et quand on s’est installé en 2014, j’ai eu cette même impression. Cette sensation que je pouvais enfin retirer cette armure qui me protégeait en France. Ca s’est fait naturellement, sans y penser. Je me suis sentie plus légère, plus libre.

Et puis il y avait ce truc quand on rentrait de week-end, en train ou en voiture : le retour à Paris. La perspective, puis la vue de la Tour Eiffel, ou la Tour Montparnasse, l’arche de La Défense ou que sais-je… Ça me donnait la nausée. Ça me déprimait de rentrer. Le fun du week-end était fini. Et chaque dimanche j’ai vécu le « blues du dimanche soir » TOUS les dimanches. Bon ça j’avoue c’était certainement lié au fait que je n’aimais pas mon job… Mais quand même !

Cet été, j’ai pris la résolution de remonter à cheval, ma passion de toujours. Chaque samedi, je loue une Zipcar, je conduis 1h pour aller monter à cheval (cours de dressage pour les curieux).
J’ai eu envie d’écrire ce post quand un samedi, en rentrant de mon cours d’équitation, j’ai réalisé à quel point j’adorais rentrer chez nous, voir la skyline de New York se rapprocher.
Je suis consciente que cette expérience est la mienne et que peut-être je vous fatigue avec mon bonheur. En vrai ma vie n’a rien de parfaite mais je suis beaucoup plus optimiste et du coup je pense que j’attire de meilleures choses en étant moi-même, et dans un état d’esprit positif.
Je suis aussi très réaliste. La France est dans mon sang et elle a ses bons côtés. Mais je crois que j’étais faite pour la vie aux Etats-Unis. Je me sens chez moi et je savoure chaque seconde de notre vie ici !

« I am Colin. God of Sex. I’m just on the wrong continent, that’s all. » – Colin, Love Actually

:D

***

There are a bunch of feelings I have been encountering ever since we moved to the US. I’m not talking about them but I realized I should. First because they are good feelings. But also because I’m afraid to lose track of them one day.

Truth be told I never really liked France and in particular Paris. Growing up in Reunion I was sick and tired of hearing about Paris all the time like it was all that mattered for France. But also because France made me feel « different », unfit, unwelcome. Not everyone or everywhere but most of the time I felt like I wasn’t part of anything. I know it’s most probably all in my head. But when I moved to the US in 2002, I felt at home, I fitted. 

When we moved last year I had the same sensation. I felt like I could finally remove a heavy shield I was wearing to protect myself in France, without even realizing it. I felt light. 

There is also this thing I had about driving back to Paris after a weekend. Seeing the Eiffel Tower, Montparnasse tower, the district of La Defense… It always made me feel sad, depressed to be home…the fun of the weekend was over. And on Sunday nights I really felt this « end of the weekend » blues. This might have been because of my job I agree… But still!

And now any trip outside of the New York area ends with this smile on my face when I see the skyline. It gets me every time! I am so excited to go home, to go back to my dream life. 

I decided to go back to my long-lost love this summer. Every Saturday I rent a Zipcar, I drive 1 hour and go horseback riding (dressage for those who are curious). Every Saturday I drive back and I love the view of the city I get on my way home.

Don’t get me wrong! France will always be in my blood but I was meant to live here. This is home and I love every second of it!

« I am Colin. God of Sex. I’m just on the wrong continent, that’s all. » – Colin, Love Actually

:D

jeudi

19

mai 2016

2

COMMENT

My epic job hunt in New York

Written by , Posted in Perso

  
Le 1er juillet dernier, quand on m’a annoncé que j’étais licenciée, j’ai pleuré (surtout à cause de la façon et le ton cruel sur lequel on m’a dit cela ET bien sûr parce que je suis sensible). Mais dans les 20 minutes qui ont suivi mon cerveau a enclenché le mode survie.

Pour faire court ma recherche d’emploi s’est résumée à :
14 semaines 

J’ai rencontré 5 cabinets de recrutement

J’ai perdu $400 en achetant les services d’une société qui réécrit ou améliore ton CV et ta page Linkedin (ne faite JAMAIS ça c’est complètement nul)
J’ai envoyé 284 CV
J’ai personnalisé ma lettre de motivation à peu près 40 fois
J’ai participé à 5 évènements professionnels pour réseauter
J’ai rejoins 2 associations professionnelles 
J’ai essayé le « Speed Networking »
J’ai obtenu l’aide et le soutien inconditionnels d’une poignée de personnes (amis et étrangers) : j’ai envie de dire 8 personnes max…

Nombre d’années d’expérience en marketing digital et CRM (probablement 2 spécialités les plus stratégiques du marketing ET où peu de candidats ont ce niveau d’expérience): 7 

Nombre de sociétés qui m’ont invité à passer un entretien: 2!!! (Dont celle qui m’a embauchée)

Ce que je tire de cette épisode ? La persévérance, la ténacité, la foi, l’amitié et la fierté.

 Au final tout s’est bien terminé pour moi. J’ai travaillé dur, je n’ai pas baissé les bras, on m’a soutenu mais j’ai obtenu le job de mes rêves SEULE.

J’ai réalisé mon rêve, celui qui m’anime depuis 10 ans. 
6 mois après avoir commencé, même si tout n’est pas tout rose je fais ce que j’ai toujours rêvé faire : chaque matin je passe les portes de mon bureau avec fierté, je travaille dans la ville de mes rêves, aux côtés de l’homme de ma vie. 
Je me sens tellement chanceuse ! J’ai lu que « la chance c’est quand la préparation rencontre l’opportunité ». Alors mon seul conseil c’est de ne jamais cesser d’y croire et d’être prêt quand l’opportunité frappe à la porte !
***

On July 1st, when I was told that my services will no longer be needed I cried (cause the manner and the tone was simply cruel AND I’m sensitive) but within 20 minutes my brain activated the « survival mode ».

Let’s make à long story short:

In 14 weeks

I met with 5 recruiters 

Wasted $400 on buying services of a company that rewrites and improves your résumé and LinkedIn profile (don’t EVER do that)

Sent 284 applications

Personalized my resume about 40 times

Attended 5 professional networking event

Joined 2 professional associations 

Tried « Speed Networking » ;) yes it’s a thing!!

Was helped actively but a handful of people (friends and strangers). I want to yes 8?

Number of years of experience I have in digital marketing and CRM (probably 2 of the most strategic areas of marketing AND not many candidates have so many years of experience): 7

Number of companies who invited me for an interview: 2!!! (Including the company who hired me. )


Lessons learnt: perseverance, patience, tenacity, faith, friendship, pride.
So in the end it worked out fine. I worked hard, I never gave up, I was supported and helped but I ALONE got my dream job.


I started my job 6 months ago and every day, when I walk in the building I feel so lucky. I have been waiting for this to happen for the past 10 years.
I am living my dream entirely: doing a job I dreamt of, living in a city I adore, married to a man I love. All at once!

I feel so terribly lucky. I read that « Luck is where preparation meets opportunity » so I guess my only advice is to never stop believing and be prepared for when the opportunity comes knocking at your door!

mercredi

27

avril 2016

9

COMMENT

Losing

Written by , Posted in Perso

  
On va à l’école. On grandit. Et avant même d’être prêt il faut décider de ce que l’on veut faire comme métier pour le reste de ta vie. Je n’exagère pas. En France, à l’âge de 15 ans, il faut faire un choix pour le lycée (scientifique, littéraire, lycée professionnel…) et ce choix va ouvrir (et fermer, parfois définitivement) les portes pour les études supérieures. Et une fois lancé dans une voie, il n’y a pas (ou peu) de moyens de changer. 
S’ajoute à cela la culture de la perfection. Cette perfection inatteignable ! Les notes à l’école sont sur 20. Mais il est virtuellement impossible d’avoir 20/20 sur l’intégralité de ton parcours scolaire. Autant dire que quand tu décroches un 19/20 tu as de quoi être fier. Oui tu as été bon, très bon même. Mais reste que ton travail n’est jamais parfait. Mais rétrospectivement je me souviens qu’avoir un 12/20 c’était vraiment pas bien non plus. La fenêtre du succès restait donc très restreinte…

Parlons alors de la culture de l’échec en France. L’échec est quelque chose dont il faut avoir honte. Ça craint d’avoir échoué. Ça fait de toi quelqu’un de mauvais. 

J’ai grandi dans ce monde là. Et je trouvais ça normal je crois. Et pourtant je ne suis pas de ceux qui trouvent stimulant de se prendre des coups de pieds au c**. J’ai réalisé en devenant adulte à quel point cette culture avait été une torture pour moi. Il n’y avait rien que je puisse faire qui serait suffisant. Et quand il me fallait jauger si je devais faire ceci ou cela, si je devais prendre un risque ou pas, tout ce que je voyais c’était toutes les raisons qui me feraient échouer. Je me sentais paralysée.

Ajoutons à tout cela que les femmes ont tendance à avoir moins confiance en elles, qu’elles doutent tellement d’elles même, et qu’elles laissent aisément les autres les interrompre et les rappeler à « la raison ». Et ça donne un cocktail détonnant qui laisse beaucoup de place au sentiment d’être une bonne perdante !
Aux Etas-Unis les choses sont très différentes. Du moins à New York elles le sont. D’abord il n’y a pas de sens à être conforme. Les gens font ce qu’ils veulent et en ont généralement rien à faire de ce que les autres peuvent en penser.

Et puis les américains ont grandi en ayant foi au rêve américain. ‘Terre des libres et toit des courageux’ (mauvaise traduction de leur hymne national par moi ;) ) Ils savent qu’en travaillant dur pour quelque chose qu’ils veulent profondément ils y arriveront (même s’ils échouent). Parce qu’échouer c’est normal ! Échouer fait partie du processus d’apprentissage. Cela permet d’apprendre de ses erreurs et à faire mieux à l’avenir. 

Quand ils font quoique ce soit, les américains le font à fond, têtes hautes, confiants, prêts à se battre pour ce qu’ils veulent et ce en quoi ils croient.

***

You go to school. You grow up. And before you’re even ready you need to decide what you will do for the rest of your life. I’m not exaggerating much. In France, at 15 you need to decide on your high school path (science, litterature, technology…etc) and this choice is opening (and closing for ever) some doors for college.

And once you’re in, you’re all in. There is no way back (or so few ways that it’s not even realistic to think about them).

And then, there is this culture of perfection. The unattainable perfection. The grades at school are on 20 points. It’s close to impossible to get a 20/20 in your entire school path. This way you can be proud of yourself with a 19/20 but you never get to touch perfection. But also anything under 12/20 is really bad. 

And now is time to introduce the French way of approaching failure! Failure is to be ashamed of. And that’s it! It makes you a bad student, a bad person. You failed miserably and you should feel bad about it.

That’s the culture I grew up in. And some people might find this stimulating. It pushes you to do better every time. But for me it has been a torture. There was nothing I could do that would ever be good enough. And so, when assessing whether I should do this or that, whether I should try something risky or not, all I could see were all the reasons why I could (and probably would) fail. I felt paralyzed.

I thought that because I was so sensitive, I was maybe depressed. But at the same time there has been a fire in me always pushing me to consider doing more. So in the end, the French way made me feel like stuck with a locked-in syndrome.

Add the fact that women tend to have less self-confidence, they doubt themselves so much, they will easily let others interrupt them, or even question them. And it gives you a very high chance of feeling like a loser very often!

In the US things are different, at least in New York they are. First, there is not really a sense of conformity. People do what they want and generally don’t care about what people think or say.

Also, the Americans were raised believing in the American dream. ‘The land of the free and the home of the brave’, as they say in the national anthem. They know that by working hard for something they want badly they will always win (even if they lose). And failing is fine! It’s how you learn, and how you become better.

So when they do anything they go in, chin up, confident, ready to fight for what they want.

dimanche

29

novembre 2015

4

COMMENT

Lessons I have learned from losing my job

Written by , Posted in Perso

Bureau_1
J’ai été très silencieuse cet été car il s’est passé pas mal de choses et pour autant rien qui me semblait mériter un post. Du moins c’est comme ça que je voyais les choses jusqu’à il y a peu de temps.

Je vis ma vie un jour après l’autre et je ne me rends pas compte que certaines choses pourraient vous plaire. Et puis il faut être honnête, j’ai été paresseuse (principalement d’avoir à écrire dans 2 langues).

Mais la grande nouvelle du moment c’est que j’ai perdu mon boulot. J’aurais plein de choses à dire sur la forme, le contexte (Dieu merci j’ai des amis et une famille patients qui m’a écouté) mais tout ça ne servirait à rien. Ni pour vous, ni pour moi.

En revanche les leçons que je tire de cette expérience pourraient vous intéresser.

Tout d’abord il faut comprendre le marché du travail aux Etats-Unis, ou au moins à quel point il est commun de perdre son boulot. Dans ce pays un employeur (et un employé) peut mettre fin au contrat de travail avec ou sans préavis (2 semaines maximum) et avec ou sans raison (donc sans aucun recours).

Dans mon malheur, on m’a donné 3 mois de préavis. Mais cela n’empêche que tout votre monde change et que cela donne une toute nouvelle perspective sur le travail.

1. Vous apprenez de vos erreurs
Après le choc de l’annonce je ne pouvais penser qu’à mes 3 mois de préavis comme d’une bombe à retardement. Tic tac tic tac… Ca me rendait folle. Et puis j’ai pris conscience que 3 mois c’était quand même long. Ca me laissait le temps de réaliser tout ce que j’avais accompli et surtout de noter, avec le recul, toutes ces erreurs que je ne referais plus dans la suite de ma carrière.
Plusieurs choses me sont donc revenues à l’esprit:

-J’ai toujours manqué de confiance en moi. Et j’ai pris conscience que le débat sur l’égalité homme-femme était en fait au coeur de mes problèmes. Après juste un paragraphe du livre de Sheryl Sandberg “Lean In” j’étais convaincue : il me fallait travailler sur tous les obstacles que je me crée toute seule et qui m’empêchaient d’avancer.

-J’ai cru naïvement que ma direction m’appréciait pour qui j’étais. Je pensais qu’après 4 ans et demi de bons et loyaux services j’étais plus qu’une simple employée. En particulier quand il s’agit d’une société où le turnover est important et constant. Et puis franchement on n’a cessé de me dire à quel point j’étais un atout pour cette société depuis des années. Mais la vérité c’est que j’étais bien un atout tout ce temps. Un atout dont on s’est servi dans l’intérêt de la boite. Et c’est bien normal. En fait ce que j’avais oublié c’est que cette relation employeur-employé est totalement intéressée et repose sur un fragile équilibre entre leurs intérêts et les miens. Pour que cette relation marche j’aurais du savoir ce que moi je voulais y gagner, ce qui n’était pas mon cas. Et on revient donc au problème de confiance en soi.

2. Il faut toujours avoir en tête que l’on peut perdre son job du jour au lendemain
Quand on vous apprend au tout début de l’été que vous perdez votre boulot, tous vos projets sont mis en pause. Et la première chose à laquelle j’ai pensé c’est l’état de nos finances, calculer combien de temps pouvions nous vivre sans mon salaire, et quelles dépenses fallait-il suspendre ou réduire.
La réalité est en fait plus compliquée que cela. Perdre son job signifie que vous (et votre famille) risquez de perdre l’assurance santé (c’est notre cas). Ce qui implique que toute urgence médicale nous coûtera le prix fort, et ici c’est scandaleusement cher.
J’ai donc compris que je devais économiser beaucoup plus d’argent chaque mois à partir de maintenant. En gros il faut:
-un compte épargne pour les coups durs, histoire de pouvoir vivre plusieurs mois sans salaire (idéalement 6 mois) comme ça si on perd son job et qu’on a une urgence médicale au même moment on peut continuer à payer le loyer, la nourriture ET les frais médicaux.
-un plan retraite (appelé 401K ici) puisque comme en France je vais devoir subventionner ma propre retraite.
-un compte épargne “plaisir” pour pouvoir se payer des petites vacances sympas, quelques sorties et des week-ends de temps en temps (je n’ai que 10 jours de congés payés dans ce pays rappelons-le).
-un compte épargne immo, pour le jour où on voudra acheter notre chez nous et avoir un apport.
-et puis pour les gens comme nous qui, un jour, veulent avoir des enfants il faut un compte épargne “enfants”. Avoir des enfants dans ce pays est très cher, particulièrement dans les grandes villes comme New York.

Du coup, maintenant je regarderai mon bulletin de salaire différemment. Oui les salaires sont plus élevés, mais les risques encourus sont aussi plus grands.

3.Ce n’est pas nécessairement parce que vous avez échoué
Ma réaction immédiate à la nouvelle a été d’avoir honte et de me cacher (ai-je mentionné un problème MAJEUR de confiance en moi ??). Mais je suis aussi une battante, et j’ai la chance d’avoir un mari, des parents et des amis fabuleux. Et j’ai donc examiné la situation objectivement et non je n’ai pas échoué. En fait je suis arrivée à la conclusion que ce boulot, auquel je me suis voué corps et âme, m’avait, en réalité, rendue malheureuse tout du long. J’ai été un bon soldat. J’ai géré des équipes et des clients de façon exemplaire et profitable pour ma boite. J’ai été un bon manager. Et puis surtout j’étais sous-payée. Oui j’étais un super atout !
Mais quand j’ai déménagé à New York je n’étais plus aussi rentable. J’ai appris à faire confiance à mes instincts, et j’ai commencé à exprimer mon opinion (cela faisait de moi un soldat contestataire). On m’a affecté à un client dont le projet était très mature, voire sur le déclin, avec un périmètre très limité (et du coup je ne créais plus de valeur et donc plus autant de profit). Je n’ai pas eu d’équipe ici (donc je n’étais plus un manager non plus). Et puis surtout j’avais négocié un bon salaire pour mon transfert aux Etats-Unis (donc je suis devenu un soldat cher). Tout s’explique ! Les maths, la logique business les ont conduit à cette décision.

Encore une fois, il s’agit de faire tourner un business. Je n’étais plus aussi profitable. Mais je n’ai pas échoué. Et ça fait une grande difference !

4. La vie continue
Si je suis complètement honnête, être licenciée était une excellente nouvelle. Je voulais partir depuis longtemps. Et ils ont rendu ce départ “facile”. Donc dès que j’ai pu arranger mes finances et que j’ai vu que l’on pouvait tenir quelques mois sans salaire, j’ai décidé de vivre. J’avais besoin de m’éclater. Parce qu’aller en entretien en étant pas débordant d’optimisme et sans sourire aux lèvres ne m’aurait pas aider. Parce que d’un coup, le fardeau que je portais depuis 4 ans avait disparu. Parce que c’était l’été et qu’il faisait beau et chaud. Et parce que de temps en temps j’avais besoin de penser à autre chose que ma recherche d’emploi. Donc j’avais tout intérêt à profiter de mes journées autant que possible !

J’ai donc décidé de reprendre ma passion de toujours. J’ai recommencé les cours de dressage (une discipline d’équitation) dans une écurie fantastique qui est aussi un abri pour animaux abandonnés et parfois maltraités. Cela m’a semblé être la meilleure décision que j’ai prise depuis des mois. Et je savoure chaque minute passée à l’écurie.

5. C’est le bon moment de décider de ce qu’on veut vraiment faire
Bien évidemment j’ai passé beaucoup de temps à mettre mon CV à jour et lister mes réalisations, quelles décisions m’ont conduites à être où j’en suis aujourd’hui. Et puisque je n’étais clairement pas heureuse dans ma vie professionnelle, que voulais-je vraiment faire maintenant ? C’est assez effrayant. Mais ça permet aussi d’être magnifiquement attirée par ne pas faire de compromis et de n’accepter que ce qui me plait.

Et puis…

6. Il n’y a rien à perdre
Pour ce qui est de ma vie professionnelle, j’ai déjà perdu mon job. Que pouvait-il m’arriver de pire ? C’était le meilleur moment de prendre des risques et de voir ce qui se passait. Contacter des gens que j’admire, ceux qui ont des contacts qui pouvaient m’aider, contacter des inconnus. Du moment où j’ai decidé que j’allais me battre et que j’allais aller chercher toute l’aide dont j’avais besoin, tout est arrivé d’un coup. Des gens que je connaissais à peine, des vieux amis, des nouveaux amis, des collègues, des gens qui n’avaient aucune idée de ce que je faisais dans la vie… Tout le monde m’a aidé spontanément.

Après plus de 3 mois de recherche ultra active je sais ce que je veux et je sais que ce sera difficile de l’obtenir. Au moment où je publie ce post j’ai peut-être décroché le job de mes rêves. Mais il va falloir du temps et du travail pour faire mes preuves alors je n’en parlerai pas plus et je n’ouvrirai le champagne que dans quelques mois si tout se passe bien.

Finalement, et avec le recul, je pense que perdre mon job est une des meilleures choses qui me soit arrivé (professionnellement) depuis des années. L’important c’est de rester positif et de faire confiance à ses tripes.

Souhaitez moi bonne chance, de la patience et de la confiance en moi !

***

I have been very silent lately because a lot happened and yet nothing worth talking about. At least that’s how I felt until recently.

I go on with my daily life and I don’t think anything deserves a post. And also I’ve been lazy (mainly having to translate my posts is what turn me off sometimes).

But I guess the big news right now is that I lost my job. I would have a lot to say about the context and the way it was done (thank god for my patient friends and family) but that would not be helpful for any of you, or for me.

What would be good though, would be to share the learnings from that experience.

You need to realize what it’s like to work in the U.S. or at least how easy and common it is to lose a job. In this country an employer (and an employee) can end a contract with or without notice and with or without reasons.

Fortunately I was given a 3-month notice. But still, your world changes and you have a new perspective on work all of sudden.

1. You learn from your mistakes
After the shock of the news I could only think of my 3-month notice as a timer ticking in my ears non-stop. It was driving me crazy. Until I realized that I finally had time. Time to look at what I have accomplished and above all, what I have learnt from my past mistakes to not repeat them in my next job.
A few things came up pretty quickly:

-I have been lacking self-confidence. And with that, came the time to realize that the gender equality debate was at the center of my problems. After a paragraph of Sheryl Sandberg’s book « Lean In » I was convinced that I needed to work on all of the obstacles I have been setting up against my own development.

-I naively believed that my management cared about me as a person. I thought that after more than 4 years of reliable, loyal and profitable work I was more than a simple employee. Especially in a company with a huge and constant turnover. And frankly because I was told so throughout the years. But the truth is I was an asset all along. An asset that has been used for the good of the company. And that’s fine. What I somehow forgot was to ensure that the relationship was mutually beneficial. And for that to be true, you must have a clear idea of what you really want. And that’s when self-confidence becomes key!

2. You always need to plan with the possibility of losing your job
When you are told in the beginning of the summer that you are losing your job, all your projects are put on hold. But the very first thing I did was to check my bank accounts and calculate what cost could I cut and how long could I leave without a paycheck.
The reality is more complicated than that. Losing a job means that you (and your family) may no longer be covered by health insurance (in cases like mine for example). Which means that any medical emergency will cost us full price and as I’m sure you know, it is very expensive here.
So I came to realize that I needed to save a lot more money every month from now on.
Basically you need to:
-have an emergency account in order to be able to live a few months without a salary (ideally 6 months) so that if you lose your job and get sick at the same time you can pay your rent and food AND the medical bills
-a retirement plan (a 401k) because like in France I will have to finance my own retirement.
-a « pleasure » savings account in order to be able to afford a nice vacation at least once a year and a few fancy events or weekends
-a real estate savings, because one day you may want to buy your own place and you will need a down payment
-And then people like us, who wants a family, also need a « kids » account. Having a kid is expensive all the way, especially in big cities like New York.
So from now on I will look at my paycheck very differently. Yes the salaries are much higher here but the risks you face are also greater.

3. It’s not necessarily because you failed
My natural immediate reaction to the news was to be ashamed and willing to hide. (Have I mentioned a MAJOR issue with self-confidence???) But I am a fighter at heart and I also happen to have an amazing husband, family and great friends. So I objectively started to assess if I had failed. Surprisingly I came to the conclusion that this job I devoted myself to, in fact, had made me miserable every step of the way. I had been a good soldier. I had led teams and accounts that were very profitable. I had been a great manager. And above all, I was underpaid. Which made me an great asset!
Since I moved to New York I wasn’t as useful as I used to be. I have learned to trust my instincts and I had started to question the choices we were making (therefore I became a protesting soldier), I was asked to work on an account that was very mature and on the decline with a limited perimeter (and therefore I was no longer creating value = profit margin). I was given no teams (no longer a manager). And I had very well negotiated my transfer to the US so I was now making a lot of money (so definitely an expensive non profitable soldier). That was it! The math explained their decision.
Again, it is all about running a business. And I was no longer useful. But I haven’t failed. And that makes a big difference!

4. Life goes on
If I’m 100% honest being let go was the hell of a good news. I wanted to leave for quite some time. And they made that « easy » for me. So as soon as I sorted out the finance and knew that we could live with no pay for a couple of months I decided to live. I needed to enjoy myself. Because going to an interview with a smile will make a huge difference. Because all of a sudden I felt like the burden I was carrying for 4 years was finally removed. Because it was summer and nice out. And because I needed to stop thinking about the job search from time to time. So I might as well enjoy my days as much as I could!

I decided to go back to my childhood passion. I started to take lessons of dressage (horseback riding discipline) in a great barn where the owner also rescue animals. It felt like the best decision I had taken in months. And I enjoy every minute at the barn. 

5. It’s a good time to think about what you really want to do next
Obviously I spent a lot of time reviewing my resume, looking back at what I have accomplished, what decisions led me to where I am today. And since I was clearly not happy with my professional life, what did I really want to do next? It’s actually scary. But you are also magnetically attracted by not settling for less than what you really want.

And also…

6. You have nothing to lose
When it comes to your professional life, you have already lost your job. How worse can it be? It is therefore the best time to take risks and see what happen. Reach out to people you admire, to people who have the connections you need, to random people. For me, as soon as I decided I would fight for myself and use any possible help I could get, it all came in flooding. People I barely knew, old friends, new friends, people I worked for, people who had no clue what my job was about… They all came to help spontaneously.

After 3 months of intensive search, I know what I want and I know that it is going to be difficult to get it. As I am publishing this post I luckily have found what could potentially be my dream job. It is going to be a tough one and I will need time and hard work, so a couple of months, before I open the Champagne and celebrate.

Anyway I think that losing my job was the best thing that happened to me (professionally) in years. The importance is to stay positive and to follow your guts.

Wish me luck, patience, and self-confidence!

mercredi

21

octobre 2015

3

COMMENT

L’heure du bilan

Written by , Posted in Perso

  
Voilà un an nous arrivions aux Etats-Unis. Mon rêve se réalisait et mon mari tentait cette nouvelle aventure.

Un an après où en sommes-nous?

A dire vrai tout va super bien. Je vous raconterai très bientôt ce qui m’est arrivé cet été et qui vous a valu ce long silence de ma part. Mais globalement on se plait beaucoup dans notre vie américaine.

Notre appartement et notre vie à Hoboken nous vont parfaitement. Hoboken est une petite ville très dynamique et on accède rapidement et facilement à New York. Il y a une très bonne sélection de restaurants. Et pour autant on profite du calme (pas de sirène de pompiers et de police toutes les 10 minutes comme à New York) et surtout de notre terrasse où on a passé le plus clair de notre temps cet été.

Question boulot ce pays et cette ville ne sont qu’opportunités. Tout semble plus ouvert et rien ne parait impossible. Pour mon mari c’est une chance inouïe d’être ici. Et pour moi aussi.

En fait ce qui nous manque le plus sont nos amis et parfois la nourriture. Même si on ne mange quasiment plus de viande, mon petit mari salive toujours à l’idée de dévorer un saucisson, moi c’est plutôt les bons desserts pas trop gras qui me font cet effet.

On a passé notre permis de conduire et du coup on a pu visiter les environs cet été: Jersey Shore, Philadelphie, quelques parcs, les Hamptons, Princeton, Nyack, Sleepy Hollow, Washington DC…

Est-ce qu’on se voit rentrer ?

En fait non :)
On est bien et on a la sensation d’avoir tellement à faire et à découvrir ici.

Bref, tout va super bien. On adore cette aventure, on ne regrette pas d’avoir tout plaqué.

What’s next?

Nous nous préparons à passer notre premier Halloween ici. Les maisons sont déjà follement décorées. Je vais faire ma premiere citrouille d’Halloween ce week-end (je ferais un post en espérant que le résultat soit concluant) et puis acheter les bonbons pour la distribution du 31 au soir.

Alors à très vite :)

***

A year ago we were moving to the US. My dream came true and my husband was starting a new adventure.

A year later, where are we at?

Frankly everything is great. I will soon tell you about what happened to me this summer and made me very silent. But we love our American life so far.

Our apartment and life in Hoboken suit us perfectly. Hoboken is a small yet dynamic town. We reach New York easily and fast. There are a lot of great restaurants. And above all it’s quiet (we don’t hear NYPD and FDNY sirens every 10 minutes like in New York). We spent our entire summer on our terrasse and that was the best part!

When it comes to work, this country and this city are only made of opportunities. Everything seems more open and possible. For my husband it is an amazing chance to be here. For me too :)

In fact what we miss the most are our friends, and sometimes food. Even if we are no longer eating meat, my husband still dream of eating a “saucisson”, when I dream of a good dessert.

We also got our driver’s licences and were able to visit the area this summer: Jersey Shore, Philadelphia, some state parks, the Hamptons, Princeton, Nyack, Sleepy Hollow, Washington DC…

So do we want to come back to Europe?

Actually no :)
We love our new life here and feel like there are so much to fo and to discover here.

We feel awesome. This adventure is great and we have no regrets.

What’s next?

We are getting ready for our first American Halloween. The neighborhood is already all decorated. I will carve my first pumpkin this weekend (I will share photos hoping that the result will be decent) and then buy candies.

I will keep you posted :)

mardi

31

mars 2015

2

COMMENT

Ma recette de Pecan Pie

Written by , Posted in Food

À la demande de Marie Laure je partage aujourd’hui ma recette de Pecan Pie (qui est un mélange de plusieurs recettes trouvées sur les blogs de cuisine.)
J’ai inclus la recette de la pate brisée super facile :) Je m’en sers pour faire les quiches également si vous voulez tout savoir.

IMG_5237

Note : les doses sont pour un moule à tarte de 23 cm donc pensez à adapter les doses selon la taille de votre moule

Ingrédients
-Pour la pâte :
175g de farine
115g de beurre ramolli et coupé en petits dés
60ml d’eau glacée
2 cuillères à cafe de sucre
Une grosse pincée de sel

-Pour la garniture :
3 gros oeufs
150g de sucre roux
200g de sirop de maïs clair (peut être remplacé par du miel ou du sirop d’agave ou de riz)
30g de beurre ramolli
200g de noix de pecan grossièrement concassées
2 cuillères à cafe d’extrait de vanille
Une pincée de sel

Instructions

*Avant tout pensez à sortir le beurre en amont pour qu’il soit ramolli. Ce sera plus facile pour la recette. Attention ramolli mais pas fondu ;)
*Pour faire la pâte, je fais tout à la main. Je mélange la farine, le sucre et le sel dans un bol.
*Puis j’ajoute les dés de beurre. Je malaxe pour bien incorporer le beurre jusqu’à ce que le mélange ait une texture floconneuse.
*Je fais un creux dans le mélange et j’ajoute l’eau glacée. Je melange le tout jusqu’à obtenir une boule de pâte homogène.
*Je l’a mets alors dans un bol au frigo pour au moins 30 minutes.

** Là je regarde un épisode de ma série du moment histoire de faire passer le temps ;) **

*Je farine légèrement mon plan de travail et j’étale ma pâte avec un rouleau à patisserie jusqu’à ce qu’elle fasse 30cm de diamètre environ.
*Je beurre alors le moule à tarte et je dépose la pâte pour qu’elle prenne naturellement la forme du moule plutôt que de la forcer.
*Après quelques secondes je l’aide à adopter la forme des bords du moule. Je coupe alors ce qui dépasse et je la réserve au frigo le temps de faire la garniture.

*Je préchauffe le four à 190ºC et je place la grille au milieu du four.
*Dans un grand bol je mélange à l’aide d’un fouet les oeufs, le sucre, le sirop, la vanille, le sel et le beurre.
*Quand le mélange est bien uniforme j’ajoute les noix de pecans.
*Je verse le mélange dans le moule à tarte et j’enfourne pour 30 à 35 minutes. Une lame de couteau au coeur doit être encore humide.
*Laissez refroidir complètement avant de démouler et servez avec une boule de glace vanille.

Petite précision: J’ai voulu mettre des noix entières sur le dessus pour que ça soit joli. Résultat c’est joli mais c’est un enfer à couper alors je vous déconseille cette idée :)

Bon appétit !
IMG_5247

samedi

7

mars 2015

1

COMMENT

New York – Mars – La neige

Written by , Posted in Perso

Un post photo pour changer puisque mon petit mari me prête son appareil :)
Voici donc quelques photos prises hier dans notre quartier. Il a neigé sans discontinuer pendant 24h.

***
A picture-only post for once. Now that my husband allows me to borrow one of his camera ;)
Here are a few shots taken yesterday in our neighborhood. It snowed for 24 hours non-stop.

_SOCIALMEDIA_Caro_001

_SOCIALMEDIA_Caro_002

_SOCIALMEDIA_Caro_003

_SOCIALMEDIA_Caro_004

_SOCIALMEDIA_Caro_005

_SOCIALMEDIA_Caro_006

_SOCIALMEDIA_Caro_007

_SOCIALMEDIA_Caro_008

_SOCIALMEDIA_Caro_009

_SOCIALMEDIA_Caro_010

_SOCIALMEDIA_Caro_011

Et ce matin…
I woke up with this view…
_SOCIALMEDIA_Caro_012

_SOCIALMEDIA_Caro_013

mercredi

4

mars 2015

1

COMMENT

Mon premier bouquet

Written by , Posted in Héritage & savoir-faire, Perso

IMG_4774

Comme je vous le disais il y a peu j’ai décidé de prendre des cours de composition florale. J’aime les activités manuelles parce qu’elles ont le don de me déstresser et puis on a un résultat concret de ce qu’on a fait à la fin.

Pour le moment j’ai pris un cours online de 4 séances. J’ai en clair choisi l’option la moins chère possible pour voir si ça me plaisait et si j’avais envie d’aller plus loin après. La vérité c’est que je me lasse vite des choses. Ma mère pourrait vous parler de toutes ses activités extra-scolaires que j’ai abandonné au premier obstacle, soit quelques mois voire quelques semaines après les avoir commencé.

Mon premier devoir a été de faire un « hand-tied » bouquet.
Le principe c’est que le cours est envoyé sous forme de video où la prof te montre la technique et à toi de le refaire mais avec des fleurs différentes.

J’ai donc visualisé le cours, pris ma petite liste de courses et suis allé chez un fleuriste.
« 12 renoncules, 5 hyacinthes, 2×10 branches de verdure et 8 tulipes, s’il vous plaît? »
« Ca fera $190. »
« Hein???? »
« Je vous offre les tulipes alors et ça ne fait plus que $150 »
« Euh… bon…euh…bref »

J’ai donc découvert le prix des fleurs chez un fleuriste. J’ai désormais hâte de comparer avec les prix du marché aux fleurs ! Mais bon comme je suis une impatiente ET que je voulais avoir ce joli bouquet sur notre table de St Valentin j’ai craqué ET que je ne sais pas me rétracter une fois que je suis devant le fait accompli….

Je me suis donc installée et j’ai fait mon premier bouquet.
Il manque d’équilibre, j’ai coupé les tiges trop courtes et pas droites alors il a du mal à tenir droit tout seul, MAIS je suis contente du résultat pour un premier essai.

J’attaquerai la suite des devoirs en rentrant de vacances mais il me faudra surtout trouver un moyen de me fournir en fleurs fraîches moins chères !

IMG_4776

IMG_4798

***
I have recently decided to take floral arrangement classes. I love manual work as they calm me down. And at the end you have the result in your hands.

For now I only took an online class for 4 weeks. I basically chose the cheapest option out there to see if I like it and learn more afterwards. Truth is I get tired easily. My mother could tell you a lot about my various choices of extra-curricular activities that I quitted at the first obstacle (meaning a few weeks after starting them).

My first assignment was to do a hand-tied bouquet.
The principle is that I look at the online video class to watch the professor show us the technique. Then you reapply the technique with different flowers.

I watched the first class, wrote down the list of flowers I needed and went to the florist.
“12 ranunculus, 5 hyacinth, 2×10 stems of greenery and 8 tulips please”
“Sure! It’s $190.”
“WHAT????”
“What about I give you the tulips for free? It will then only cost you $150”
“Heu….well…mmmm…anyway”

This is me discovering the price of flowers at a florist in New York. Now I can’t wait to compare these prices with the Flower Market. But well, I’m not a patient human being AND I wanted to have this bouquet on our Valentine’s dinner table AND I have a hard time telling a sales representative that after all I’ve changed my mind… So I bought them!!

Once at home, I’ve created my first bouquet. It wasn’t perfect of course BUT I was proud of the result of my first trial.

I will do the rest of the assignments when I get back from vacation. I will obviously have to find less expensive flowers though!

jeudi

19

février 2015

0

COMMENT

Notre dîner de St Valentin à New York

Written by , Posted in Food, Perso

IMG_4782
On n’a jamais vraiment fêté la St Valentin en France. Mais ici c’est particulier. On ne peut pas vraiment oublier que c’est la St Valentin puisque tout le monde se souhaite la bonne fête le jour J et que les magasins sont gorgés de petits coeurs partout depuis le jour de l’an.

Alors même si c’est une fête complètement commerciale et qu’on devrait se rappeler tous les jours qu’on s’aime et tout et tout… elle nous donne une occasion prédéfinie de célébrer notre amour (oui je sais ça sonne méga kitchouille).

Pour autant, même les grands chefs s’accordent à le dire ici : c’est le pire jour pour aller au restaurant. Ici chaque fête transforme les menus en « Prix fixe menu » entendez menu du jour au même prix pour tout le monde et généralement pas de plats à la carte ce jour là. Inutile de mentionner que le « prix fixe menu » est plus cher que les menus habituels. Alors nous on s’est dit qu’on allait plutôt se faire un petit diner en amoureux fait maison.

IMG_4769

Pour l’apéritif j’ai découpé des petites tomates cerises en diagonal pour les reconstituer en petits coeurs avec des cure-dents colorés. Pour le plat mon petit mari nous a préparé une sole grise avec des petits légumes, pendant que je me suis attelé à la préparation d’une tarte au citron meringuée (qui était objectivement moins bonne que la première fois).

On a décoré la table, on s’est mis de la musique et on a passé une super bonne soirée !

Et voici quelques photos de notre table de fête ;)

IMG_4785

IMG_4787

IMG_4791

J’ai aussi réalisé un cocktail maison !
Pour le refaire ? J’ai fait infuser du gin avec des fines tranches de betteraves. Par ailleurs j’ai mélangé du jus de citron, du sirop (de l’eau et du sucre), du gin et des glaçons. J’ai ensuite servi le mélange dans nos coupes avec du champagne brut et ajouté quelques gouttes de gin infusé. Le tout décoré d’une lamelle de betterave et d’une branche de thym. Et le tour est joué.

IMG_4799

IMG_4792

Maintenant place à la St Patrick. Les magasins virent au vert :)

***

We never really celebrated Valentine’s Day in France. But here it’s different. You can’t really forget it’s Valentine’s Day cause everyone will wish it to you on the D-day and all stores are filled with hearts since January 2nd.

So even if this is a marketing thing, and that we should celebrate love every day and so on, I feel this holiday predefines an occasion to actually celebrate our love (I know it sounds silly).

But when even chefs in the US confirm that this is the worst time to go to a restaurant we still wanted to do something. One thing to know is that in the US every holiday comes with what is called a « prix fixe menu », which means one menu for the day and no regular meals outside what’s listed in the menu. NO need to mention that this « prix fixe menu » is more expensive than the regular menus. So we decided to stay home and cook a nice homemade dinner.

As an appetizer I cut cherry tomatoes with a 45 degree angle and then assembled them back as a little heart with colorful toothpicks. My husband cooked a flounder filet with mixed vegetables while I prepared a lemon meringue tart (which was less good than the 1st time). We decorated our dinner table, turned on the music and had a nice evening!

I have made a signature cocktail.
Want to do it at home? I infused gin with thin slices of beets. I shacked lemon juice, simple syrup, gin and ice. Poured it in a glass, filled it with Champagne and added a few drops of infused gin. To decorate I added some thyme and a slide of beets.

Pictures above to prove it all ;)

Get ready for St. Patrick’s day. All stores now turned green :)

lundi

16

février 2015

1

COMMENT

L’hiver à New York et un petit retour éclair à Paris

Written by , Posted in Perso

IMG_4636 Notre terrasse enneigée.

L’hiver est clairement installé. La neige jonche toujours les trottoirs d’Hoboken. Alors comme chaque hiver, j’hiberne autant que possible et donc je ne prend pas le temps d’écrire sur le blog (vilaine que je suis !).
Mais il n’y a pas que ça.

D’abord il y a eu un retour express à Paris (4 jours) et à Londres (2 jours) mi-janvier pour le travail. Non seulement cela m’a fait manquer la tempête de neige qui aurait du être historique mais en plus ce voyage m’a fait réaliser beaucoup de choses. Je lis beaucoup de blogs de Français installés aux Etats-Unis et tous parlent du manque, du déracinement, de la joie de rentrer. Pour moi ça a été tout l’inverse.

Atterrissage à 8h un lundi matin
Je ne peux pas me plaindre, je voyage toujours dans d’excellentes conditions avec le boulot. Mais il n’empêche que le vol New-York/Paris est dur. On décolle à 18h heure locale, on vole 6h, et on atterrit à 8h du matin heure locale. Donc on dine à 19h ce qui personnellement me maintient dans mon rythme new-yorkais. Et puis le petit-déjeuner est servi 1h avant l’atterrissage soit 4h après le diner. Donc autant dire que la « nuit » est courte.
Lorsqu’on arrive à Charles de Gaulle une réalité que j’avais (déjà) oublié me plombe le moral (oui il m’en faut peu): il fait encore nuit à 8h du matin.

Je ne suis pas du matin, je ne suis pas du lundi matin ET je déteste me lever avant le soleil. Je trouve ça contre-nature. Et j’ai haïs me lever tous les hivers à Paris dans la nuit noire pour aller bosser.

Bon, bien entendu, il pleuvait ! Cette petite bruine qui mouille sans mouiller vraiment, ce ciel bas, épais et gris. Bref ce que j’ai toujours appelé la météo parisienne. Celle que je n’aime pas ! Parce que oui je suis Réunionnaise et que j’ai grandi sur une île tropicale où la plupart du temps il pleut des cordes pendant 1h entre 2 longs épisodes de fort ensoleillement.

Comment c’est à New York me direz-vous ?
Bizarrement ça m’a toujours été mieux. Certes il fait beaucoup plus froid, il neige tous les hivers et pas qu’un peu. Au point qu’on a investi dans des vraies bottes de neige. Mais on a très souvent des jours magnifiques de ciel bleu sans nuage. Si il pleut il pleut toute une journée. Ce qui m’arrange : au moins je pars le matin avec les bottes de pluie et mon parapluie et je sais que je n’ai pas besoin de lunettes de soleil ou de chaussures de rechange.

IMG_4684 Mes bottes de neige un matin en partant travailler.

Et puis surtout il fait jour plus tôt en hiver : avant que je sorte du lit :)

En fait rentrer à Paris m’a ouvert les yeux sur une chose : Je m’étais forgé une carapace en béton armé pour survivre dans cette ville.

Les remises en question
Et puis, comme tous les 2 jours depuis 5 ans, je suis happée dans le même tourbillon de doutes sur ma vie professionnelle. Je suis par nature une insatisfaite chronique qui se demande toujours comment faire mieux. Mais est-ce cela qui me fait me dire que je pourrais faire un métier plus stimulant, ou est-ce que je n’idéalise pas un peu trop les autres jobs au point de trouver le mien déprimant ?
Je me dis que je n’aime pas vraiment ce que je fais au quotidien mais dans le fond dès que je peux l’exercer pour venir en aide à des amis entrepreneurs je suis ravie de le faire. Oui mais ça doit être parce que j’aime être utile aux autres. Mais alors pourquoi mon métier qui consiste à aider des marques, des professionnels de ces marques ne me donne vraiment pas envie de me lever le matin ? Est-ce parce que je ne suis pas une fan inconditionnelle de ces grosses marques ? Ou alors est-ce parce que dans le fond ma contribution me parait tellement minime et noyée par celles de mes supérieurs ?
Et si j’avais une baguette magique je ferais quoi ?

Autant de questions qui restent sans réponse ou dont les réponses se contredisent.
Une chose est sure : je sens qu’il doit se passer quelque chose. Mais quoi ? quand ? où ? Telle sont les questions.

Tout ça pour dire que c’est un peu le flou dans ma tête ces derniers temps. Pas que ça résolve quoique ce soit mais j’ai pris 2 décisions pour essayer de me redonner le moral :
1/ je prend un cours pour apprendre de façon très basique à faire de jolis bouquets. Je me suis découvert une passion pour les fleurs qui ne sont vraiment pas chères ici. L’idée étant de m’évader un peu et de faire quelque chose de manuel.
2/ on part en vacances quelques jours avec mon petit mari histoire de profiter du soleil et du farniente pour nous ressourcer (et nous réchauffer)

Pour info je suis plutôt active sur Instagram donc n’hésitez pas à jeter un oeil à mon compte ;)

Affaire à suivre !

***
Winter is definitely here now. There is snow everywhere in Hoboken. Like every winter I hibernate as much as I can and I therefore don’t take the time to write on the blog (bad girl!)
But that’s not the full story.

First I had to spend 4 days in Paris and 2 in London mid January for work. Not only did I miss the snow storm (which should have been one of a life time) but this trip made me realize a lot of things. I read a lot of blogs written by French people in the US. Al of them speak about feeling home sick, missing France and the pleasure they have when they go back. Well, for me it’s quite the opposite.

Landing at 8am on Monday
I can’t complain. When I travel for business it’s in the best possible conditions. But no matter how comfortable your seat the flight from New York to Paris is a tough one. You take off at 6pm local time, you fly 6 hours, and you land at 8am local time. So they serve you dinner at 7pm which keeps you on your NY time habits more or less. And they serve breakfast one hour before landing, which is 4 hours after dinner. So your « night » is very short.
When we landed at Charles de Gaulle I faced a reality that I had completely forgotten and which instantly depressed me (yes I don’t need much): it is still dark at 8am in Paris in winter!

I’m not a morning person. I’m not a Monday morning person. AND I hate to wake up before the sun. It seems unnatural. And I hated waking up every winter in Paris in the complete dark to go to work.

Obviously, it was also raining! This crappy light rain, and this dark grey low sky. What I call a Paris weather! This weather I don’t like. I am from Reunion Island and I grew up on this tropical island where, most of the time, when it rains it lasts an hour and is preceded and followed by a bright sunshine.

How is it in New York?
Well, I like it better here. Of course it is much cooler, it snows a lot every winter. To a point when we had to invest in snow boots. But we have a lot of beautiful days, sunny with no clouds to be seen in this perfect blue sky. If it rains, it rains all day. Which I actually find convenient: when I leave in the morning I wear my rain boots and I take an umbrella that I will use all day. No need to have back-up shoes in case the rain stops. It won’t.

And above all I see daylight when I wake up (after the sun!!!).

Going back to Paris made me realize one important thing: I had gotten myself a strong shell to survive in this city.

Putting myself in question as always
And also, every two days for the past five years, I feel hit by a whirl of doubts about my professional career. I am discontent by nature, always questioning things and trying to improve them. But is this why I feel I could do a more stimulant job, or is this because I over-idealize other jobs to a point where I find mine depressing?
I tell myself that I don’t really like what I’m doing on a daily basis. But whenever I can do my job to help my friends entrepreneurs I’m happy to do it. Yes but it’s probably because I like to feel useful to others. Yes but then why my job that consists of helping brands and marketers don’t give my the energy to wake up in the morning? Is it because I’m not a big fan of these monster brands? Or is this because I feel that my contribution is so minimal and hidden all the ones from my bosses?
And if I had a magic wand, what would I wish for?

All these questions remain unanswered or the answers contradict one another.
I know one thing: something is going to have to happen. But what? when? where? how? These are the questions!

This long post to say that right now I feel a little bit lost. Not that these will solve anything but I have therefore took 2 decisions:
1/ I decided to take basic floral arrangement classes. I discovered myself a passion for flowers. And it is very cheap here compared to France. The idea being to escape and to practice a manual activity.
2/ We are taking a week vacation in order to relax, leaving the snow behind and enjoying the sun.

For your info, I’m quite active on Instagram. So feel free to follow my account ;)

To be continued…