Little Crazy Me

The adventures of a French girl in the US

Author Archive

lundi

16

février 2015

1

COMMENT

L’hiver à New York et un petit retour éclair à Paris

Written by , Posted in Perso

IMG_4636 Notre terrasse enneigée.

L’hiver est clairement installé. La neige jonche toujours les trottoirs d’Hoboken. Alors comme chaque hiver, j’hiberne autant que possible et donc je ne prend pas le temps d’écrire sur le blog (vilaine que je suis !).
Mais il n’y a pas que ça.

D’abord il y a eu un retour express à Paris (4 jours) et à Londres (2 jours) mi-janvier pour le travail. Non seulement cela m’a fait manquer la tempête de neige qui aurait du être historique mais en plus ce voyage m’a fait réaliser beaucoup de choses. Je lis beaucoup de blogs de Français installés aux Etats-Unis et tous parlent du manque, du déracinement, de la joie de rentrer. Pour moi ça a été tout l’inverse.

Atterrissage à 8h un lundi matin
Je ne peux pas me plaindre, je voyage toujours dans d’excellentes conditions avec le boulot. Mais il n’empêche que le vol New-York/Paris est dur. On décolle à 18h heure locale, on vole 6h, et on atterrit à 8h du matin heure locale. Donc on dine à 19h ce qui personnellement me maintient dans mon rythme new-yorkais. Et puis le petit-déjeuner est servi 1h avant l’atterrissage soit 4h après le diner. Donc autant dire que la « nuit » est courte.
Lorsqu’on arrive à Charles de Gaulle une réalité que j’avais (déjà) oublié me plombe le moral (oui il m’en faut peu): il fait encore nuit à 8h du matin.

Je ne suis pas du matin, je ne suis pas du lundi matin ET je déteste me lever avant le soleil. Je trouve ça contre-nature. Et j’ai haïs me lever tous les hivers à Paris dans la nuit noire pour aller bosser.

Bon, bien entendu, il pleuvait ! Cette petite bruine qui mouille sans mouiller vraiment, ce ciel bas, épais et gris. Bref ce que j’ai toujours appelé la météo parisienne. Celle que je n’aime pas ! Parce que oui je suis Réunionnaise et que j’ai grandi sur une île tropicale où la plupart du temps il pleut des cordes pendant 1h entre 2 longs épisodes de fort ensoleillement.

Comment c’est à New York me direz-vous ?
Bizarrement ça m’a toujours été mieux. Certes il fait beaucoup plus froid, il neige tous les hivers et pas qu’un peu. Au point qu’on a investi dans des vraies bottes de neige. Mais on a très souvent des jours magnifiques de ciel bleu sans nuage. Si il pleut il pleut toute une journée. Ce qui m’arrange : au moins je pars le matin avec les bottes de pluie et mon parapluie et je sais que je n’ai pas besoin de lunettes de soleil ou de chaussures de rechange.

IMG_4684 Mes bottes de neige un matin en partant travailler.

Et puis surtout il fait jour plus tôt en hiver : avant que je sorte du lit :)

En fait rentrer à Paris m’a ouvert les yeux sur une chose : Je m’étais forgé une carapace en béton armé pour survivre dans cette ville.

Les remises en question
Et puis, comme tous les 2 jours depuis 5 ans, je suis happée dans le même tourbillon de doutes sur ma vie professionnelle. Je suis par nature une insatisfaite chronique qui se demande toujours comment faire mieux. Mais est-ce cela qui me fait me dire que je pourrais faire un métier plus stimulant, ou est-ce que je n’idéalise pas un peu trop les autres jobs au point de trouver le mien déprimant ?
Je me dis que je n’aime pas vraiment ce que je fais au quotidien mais dans le fond dès que je peux l’exercer pour venir en aide à des amis entrepreneurs je suis ravie de le faire. Oui mais ça doit être parce que j’aime être utile aux autres. Mais alors pourquoi mon métier qui consiste à aider des marques, des professionnels de ces marques ne me donne vraiment pas envie de me lever le matin ? Est-ce parce que je ne suis pas une fan inconditionnelle de ces grosses marques ? Ou alors est-ce parce que dans le fond ma contribution me parait tellement minime et noyée par celles de mes supérieurs ?
Et si j’avais une baguette magique je ferais quoi ?

Autant de questions qui restent sans réponse ou dont les réponses se contredisent.
Une chose est sure : je sens qu’il doit se passer quelque chose. Mais quoi ? quand ? où ? Telle sont les questions.

Tout ça pour dire que c’est un peu le flou dans ma tête ces derniers temps. Pas que ça résolve quoique ce soit mais j’ai pris 2 décisions pour essayer de me redonner le moral :
1/ je prend un cours pour apprendre de façon très basique à faire de jolis bouquets. Je me suis découvert une passion pour les fleurs qui ne sont vraiment pas chères ici. L’idée étant de m’évader un peu et de faire quelque chose de manuel.
2/ on part en vacances quelques jours avec mon petit mari histoire de profiter du soleil et du farniente pour nous ressourcer (et nous réchauffer)

Pour info je suis plutôt active sur Instagram donc n’hésitez pas à jeter un oeil à mon compte ;)

Affaire à suivre !

***
Winter is definitely here now. There is snow everywhere in Hoboken. Like every winter I hibernate as much as I can and I therefore don’t take the time to write on the blog (bad girl!)
But that’s not the full story.

First I had to spend 4 days in Paris and 2 in London mid January for work. Not only did I miss the snow storm (which should have been one of a life time) but this trip made me realize a lot of things. I read a lot of blogs written by French people in the US. Al of them speak about feeling home sick, missing France and the pleasure they have when they go back. Well, for me it’s quite the opposite.

Landing at 8am on Monday
I can’t complain. When I travel for business it’s in the best possible conditions. But no matter how comfortable your seat the flight from New York to Paris is a tough one. You take off at 6pm local time, you fly 6 hours, and you land at 8am local time. So they serve you dinner at 7pm which keeps you on your NY time habits more or less. And they serve breakfast one hour before landing, which is 4 hours after dinner. So your « night » is very short.
When we landed at Charles de Gaulle I faced a reality that I had completely forgotten and which instantly depressed me (yes I don’t need much): it is still dark at 8am in Paris in winter!

I’m not a morning person. I’m not a Monday morning person. AND I hate to wake up before the sun. It seems unnatural. And I hated waking up every winter in Paris in the complete dark to go to work.

Obviously, it was also raining! This crappy light rain, and this dark grey low sky. What I call a Paris weather! This weather I don’t like. I am from Reunion Island and I grew up on this tropical island where, most of the time, when it rains it lasts an hour and is preceded and followed by a bright sunshine.

How is it in New York?
Well, I like it better here. Of course it is much cooler, it snows a lot every winter. To a point when we had to invest in snow boots. But we have a lot of beautiful days, sunny with no clouds to be seen in this perfect blue sky. If it rains, it rains all day. Which I actually find convenient: when I leave in the morning I wear my rain boots and I take an umbrella that I will use all day. No need to have back-up shoes in case the rain stops. It won’t.

And above all I see daylight when I wake up (after the sun!!!).

Going back to Paris made me realize one important thing: I had gotten myself a strong shell to survive in this city.

Putting myself in question as always
And also, every two days for the past five years, I feel hit by a whirl of doubts about my professional career. I am discontent by nature, always questioning things and trying to improve them. But is this why I feel I could do a more stimulant job, or is this because I over-idealize other jobs to a point where I find mine depressing?
I tell myself that I don’t really like what I’m doing on a daily basis. But whenever I can do my job to help my friends entrepreneurs I’m happy to do it. Yes but it’s probably because I like to feel useful to others. Yes but then why my job that consists of helping brands and marketers don’t give my the energy to wake up in the morning? Is it because I’m not a big fan of these monster brands? Or is this because I feel that my contribution is so minimal and hidden all the ones from my bosses?
And if I had a magic wand, what would I wish for?

All these questions remain unanswered or the answers contradict one another.
I know one thing: something is going to have to happen. But what? when? where? how? These are the questions!

This long post to say that right now I feel a little bit lost. Not that these will solve anything but I have therefore took 2 decisions:
1/ I decided to take basic floral arrangement classes. I discovered myself a passion for flowers. And it is very cheap here compared to France. The idea being to escape and to practice a manual activity.
2/ We are taking a week vacation in order to relax, leaving the snow behind and enjoying the sun.

For your info, I’m quite active on Instagram. So feel free to follow my account ;)

To be continued…

jeudi

12

février 2015

2

COMMENT

NYC Flower Market

Written by , Posted in Perso

IMG_4479

Cela fait quelques temps que je me passionne pour les fleurs. Alors dès que j’en ai eu l’occasion je suis allée au marché aux fleurs de New York.

Tous les samedis matin une rue de Chelsea s’anime et tous les grossistes de fleurs sortent leurs plus belles trouvailles du moment. Les connaisseurs se lèvent tôt pour y être parmi les premiers – les festivités commencent à 5h du matin et généralement il ne reste pas grand chose à 10h.

Soyons honnête, je ne suis pas une lève tôt alors j’y étais plutôt vers la fin mais c’était quand même très sympa. Et puis il faut savoir que ce jour là il devait faire -10 degrés Celsius donc je me suis trouvée très courageuse :) (la vie est faite de petites victoires comme ça)

J’y retournerai quand il fera moins froid et surtout quand ce sera la saison des pivoines que j’adore ! Et d’ici là j’aurais peut-être un appareil photo pour faire de plus belles photos parce qu’en ce moment c’est mon iPhone qui me sert d’appareil. Pas idéal mais ça fait le job en attendant ;)

IMG_4474

IMG_4477

IMG_4476

NYC Flower Market
28th Street between 6th and 7th Avenue

***
I’ve discovered myself a passion for flowers not too long ago. So when I heard of the Flower Market in NY I couldn’t resist.

Every Saturday morning a street of Chelsea comes alive and all the flower wholesalers show their nicest treasures of the season. The experts get up early to be among the firsts – the stores open at 5am and by 10am almost all is gone.

Let’s be honest: I am NOT a morning person! So I was there towards the end. But it was still very nice. And for the record it was around 15 degrees Fahrenheit so I was already very proud of myself for getting out at all. Yes, my life is made of small victories like this one ;)

I’ll definitely go back when it’s warmer and when we hit the peonies season. I love peonies! By then I might have a camera to take nicer pictures. For now my iPhone is not ideal but hey…it does the job ;)

NYC Flower Market
28th Street between 6th and 7th Avenue

lundi

9

février 2015

52

COMMENT

Déménager aux Etats-Unis avec un chat

Written by , Posted in Perso, Voyage

Safari
Photo: Jean-Laurent Gaudy

Bon tout le monde n’est pas fan des animaux de compagnie mais moi j’en suis gaga ! Surtout de mon petit (vieux) Safari.

Alors quand on a su qu’on partait à New York c’était forcément avec lui ! Et bien sûr ça fait des démarches et des soucis en plus. On m’a demandé plusieurs fois pourquoi je ne le laissais pas à des amis. Ce à quoi je répond toujours : « est-ce que vous laisseriez votre enfant à des amis à ma place ? Non ! » Ça résume assez bien la façon dont je fonctionne avec lui. J’ai choisi de prendre un chat il y a 12 ans et des brouettes et j’assumerai jusqu’au bout et avec plaisir !

Mais revenons à nos moutons : que faut-il faire pour immigrer aux Etats-Unis avec un chat ?

Les démarches vétérinaires
Il faut :
*que le chat ait un passeport !!!! (il coûte 18€), dans lequel figurent toutes les informations de base : nom, race, couleur, date de naissance… A acheter chez votre vétérinaire.
*qu’il soit vacciné contre la rage depuis moins de 6 mois
*qu’il ait un numéro de puce électronique d’identification

Puis il faut le certificat de bonne santé qui doit être établi par le vétérinaire dans les 15 jours qui précèdent le grand voyage et le faire tamponner par la DSV (Direction des Services Vétérinaires).

Le tout est à garder précieusement car à l’aéroport il faudra montrer patte blanche. Enfin c’est ce qui doit arriver mais nous on ne nous a rien demandé…

Préparer le transport
Sur les vols internationaux la règle est simple : tous les animaux de plus de 3kg (grosso modo) en soute. Là aussi j’ai entendu différents sons de cloche mais sur Air France c’est la règle et de toute façon mon chat est trop gros pour voyager en cabine ;)
Ce qui implique :
*l’achat d’une cage aux normes IATA (zooplus en fait des très biens et vraiment pas chères)
*l’achat d’une place en soute (dans mon cas ça a coûté environ 200€ sur le même vol que moi à régler sur place. Attention il faut faire la réservation dès l’achat de votre billet d’avion)

Le passage à l’aéroport de départ (dans notre cas Paris Charles De Gaulle)

Pour ma part on ne m’a rien demandé comme papiers. Les animaux font partie de ce qu’on appelle les bagages hors format. On les dépose donc à un comptoir dédié avant de passer la sécurité.

L’arrivée à New York

On ne retrouve son petit protégé qu’après avoir passé l’immigration à l’arrivée.
Comme tous les autres bagages « hors format » on vous dépose votre chat à côté du tapis de livraison des bagages soute. Ce qui fait que Safari était probablement sorti de l’avion bien avant moi et m’attendait sagement et apeuré.
Et bien entendu, lorsque votre chat a fait 8 heures d’avion en soute sans vous pour le rassurer, il a fait pipi de trouille au moins 5 ou 6 fois. Et devinez quoi ? Les taxis ça leur dit rien du tout de vous emmenez, vous et votre bulle puante… même en payant cher.

J’ai donc testé le concept tellement américain du Pet Taxi. Pour aller de JFK (seul aéroport de NY où Air France fait du transport d’animaux en soute) à notre chez nous dans le New Jersey la note fut salée (presque $200 taxes et tip inclus) mais le service impeccable. On nous attendait à la sortie et Safari a pu voyager sur la banquette arrière à cote de moi et même sortir de la cage pour dormir sur mes genoux.

La récompense c’est quand même d’arriver chez soi et de voir Safari s’adapter très vite à ce nouvel appartement. Il faut dire qu’il n’en est qu’à son 11eme appartement en 13 ans !

Oui je sais il faut que je me soigne mais bon j’aime changer alors tant que je peux j’en profite ;)

Et voilà une photo récente de Safari toujours pot de colle la nuit.
IMG_4102

vendredi

2

janvier 2015

4

COMMENT

Nos premiers mois à New York

Written by , Posted in Perso

Mes posts s’espacent mais c’est que je ne prend pas le temps d’écrire. Alors voici un petit résumé de tout ce qui s’est passé ces derniers temps de notre côté du globe.

Les voyages
J’ai pris tellement d’avions (principalement pour le boulot) que j’ai arrêté de les compter !
Ca a été une expérience très sympa de visiter autant d’endroits, même si les séjours étaient courts. J’ai donc eu la chance d’aller à Buenos Aires, Mexico, au Texas et à Cincinnati (bon d’accord, c’est moins sexy…).

Le boulot
Et bien c’est un peu étrange. Je viens au bureau tous les jours mais comme je continue de travailler pour mes patrons en France je n’ai aucune interaction avec mes collègues New Yorkais. J’ai l’impression d’arriver, de travailler et de repartir et c’est tout. De manière générale tout se passe bien et au moins je viens « en ville » tous les jours.

L’appartement
Après un retard lunaire de nos cartons envoyés de Paris, on les a finalement reçus et vidés en un temps record. On a fait quelques aller-retours chez IKEA (mais comment on faisait avant ??), Crate&Barrel, West Elm, The Container Store et Bed Bath & Beyond (les 2 derniers étant des endroits diaboliques où on ressort forcément avec beaucoup plus de choses que prévu… mais on continue d’y aller !)
Il ne reste plus qu’à attendre notre canapé qui arrivera début février. On vous montrera des photos de chez nous quand ce sera tout fini :)

Mon amoureux
Pour lui tout est nouveau. Il découvre et apprend de nouvelles choses tout le temps (pas que ça ne m’arrive pas mais disons que j’ai déjà vécu les sensations de la première fois où on s’installe dans cette ville. C’est à la fois magique et effrayant.). Il s’adapte plutôt bien and je crois qu’il commence à se sentir un peu chez lui.
On a passé Thanksgiving à Houston avec mon oncle et la famille de son amie. On en a profité pour faire un petit road trip à Austin et San Antonio. Ca a été l’occasion pour lui de découvrir un nouvel état. Et on s’est (encore) fait photographié à Austin. Cette fois-ci par la talentueuse Michelle Gardella. On avait envie de souvenirs de notre arrivée aux Etats-Unis.

IMG_0577
Credits: Michelle Gardella

Et moi ?
Et bien j’adore notre vie ici. Je me sens à ma place, chez moi.
Je n’ai jamais rien fait chez moi. C’est toujours mon adorable mari qui a tout géré : ménage, cuisine, lessive… Mais depuis que je suis ici je fais ma part avec plaisir (et parfois même plus que ma part).
Je n’ai jamais aimé manger du vert : la salade, les légumes dans un burger, les fruits à croquer pour le goûter… Ca n’a jamais été ma tasse de thé ! Moi j’aimais la viande et les féculents. Mais dès mon arrivée ici tout a changé. Comme si tout ce que j’aimais avant me dégoutait presque (bon c’est sûr que la photo d’un Mac and cheese en devanture d’un fast food moi ça me fait pas saliver…).
Alors je me suis offert un blender et je fais des smoothies plusieurs fois par semaine, je mange plus de 5 fruits et légumes (bio) par jour et j’essaie de limiter ma consommation de ‘viande’ à du poulet et du poisson. J’ai même fait plusieurs repas végétarien ! Quiconque me connait doit se dire que c’est une blague.. et pourtant !
Mais bon au final j’ai perdu 5 kg en 2 mois et je n’ai pas repris le sport vu les températures extérieures et mon amour pour le sport en salle.
Je prends des vitamines tous les matins, je mange des salades en hiver, je me sens motivée… Etre ici m’a rendue plus positive et j’adore cette sensation !
J’ai aussi commencé à cuisiner. Bon j’en suis arrivé à la conclusion que cuisiner du salé ce n’était pas pour moi. Mais les desserts ça me branche bien. J’ai donc acheté un livre de recettes et je me suis lancée. Les premières fois n’ont pas été concluantes mais au 2eme essai ça a payé. Jusque là j’ai fait des madeleines au citron et aux myrtilles, un clafoutis et une tarte au citron meringué.

desserts1

image9

Et puis, comme je me sens mieux dans ma vie, j’ai commencé à me faire quelques plaisirs. J’ai pris un abonnement dans un « blowout bar ». Ce concept dont je suis folle et dont je rêvais en France : un salon qui fait shampooing et brushing et c’est tout. On choisi son brushing (parmi 6 ou 7 différents : lisse, lisse avec du volume, bouclé, bouclé avec un effet plage…) et on se laisse chouchouter pendant 30-45 minutes.
Prendre soin de mes cheveux c’est ma vraie corvée (vu la longueur et le volume que j’ai, chaque shampoing + séchage à la maison dure 45 min minimum). Mais maintenant, 2 fois par mois, je vais au Drybar et je revis :)

image1

Je m’offre aussi une manucure par semaine ou au pire 2 par mois + 1 pedicure par mois. Je me suis même essayé au nail art fait maison (bon un truc très simple parce que je ne suis pas fan des trucs que je vois en général).

Bon, on dirait que je deviens américaine (encore 4 ans avant que ce soit peut-être vrai). Mais en même temps comment ne pas succomber quand tous ces services sont aussi peu chers et aussi qualitatifs comparé à la France… Alors moi je ne résiste pas !

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une très bonne année :)

***
My posts spaced out lately but it’s just that I don’t take the time to write. So here is a summary of all of what happened these days in our side of the world.

Travels
I took so many planes (mainly for work) that I stopped counting them.
It was great to visit new places even if it was short stays for work. I was lucky enough to go to Buenos Aires, Mexico, Texas and Cincinnati.

Work
Well it’s a bit weird. I go to work every day but because I still report to my bosses in France I don’t interact with colleagues in New York. So I feel like I clock-in and clock-out and that’s it. All in all it’s going well and at least I get to go to the City everyday.

Home
After incredible delays in the reception of our boxes which flew from Paris, we finally got them all and we also emptied them in a matter of days. We did a few round trips to IKEA (how were we doing before they existed??), Crate&Barrel, West Elm, The Container Store and Bed, Bath & Beyond (the 2 latter are the evil place where you always leave with much more than you expected. Yet you always go back for more!).
We are only missing our couch which should arrive early February. So we’ll share photos when everything is ready :)

My love
Well, for him, this life is completely new and he’s discovering and learning new things every day (not that I don’t. But I have lived the feeling of living in this city for the first time already. It’s magical and scary!). He’s adjusting quite fast and I think he’s starting to feel at home.
We spent Thanksgiving in Houston with my uncle and his girlfriend’s family. We also did a short road trip to Austin and San Antonio. It was the opportunity for him to visit a new state. For the occasion we did a photo shoot (yes another one) in Austin with the talented Michelle Gardella. We wanted to remember our first weeks in the US.

And me?
Well I love every second of my life here. I feel like I belong here.
I used to do nothing at home and my dear husband has been taking care of almost everything for the past 5 years: cooking, doing the washing up, cleaning the house, cleaning our clothes… And since we’re here I do my share (and sometimes even more) with pleasure.
I never liked greens: salad, vegetables in a burger or in an entree, eating fruits… I liked meat and carbs. As soon as I landed I felt disgusted my the non-healthy foods. I have bought a blender and make smoothies many times a week, I eat more than 5 vegetables or fruits a day (all organic) and I try to limit my ‘meat’ consumption to chicken and fish. And I had many veggie meals! Anyone who knows me will think it’s a joke… But it’s the truth!
I have therefore lost 11 lbs in 2 months. And I didn’t run or go to the gym given the outside temperatures and my passion for sports indoor.
I take vitamins every morning, eat salads in winter, feel motivated… Being here has positively affected my mood and I love it!
I also started to cook. I came to the conclusion that I can only cook desserts. So I bought a book and tried. Made mistakes but tried again. And it paid off. So far I have made lemon and blueberries madeleines, a cherry clafoutis and a lemon meringue pie.

As I am feeling better in my shoes I have started to pamper myself. I now have a membership to the Drybar. Meaning I get 2 blowouts per month :) It’s like a dream come true. I hate taking care of my hair cause I’m not good at blowouts and in the end they always look so so… But now, twice a month they look amazing!

I also get a manicure almost once a week or at least twice a month + a pedicure once a month.
And I even tried to do nail art myself (simple one cause I’m not a fan of the crazy stuff I see to be honest).

Well it sounds like I’m becoming an American (4 years to go). But how can one resist all these treats (manicure and blowouts) which are so affordable and the result much more qualitative compared to France. I just can’t!

To conclude, I’d like to wish you all a happy new year :)

lundi

8

décembre 2014

0

COMMENT

Une journée avec une artisan fleuriste

Written by , Posted in Perso

Quelques semaines avant de partir de France je me suis rendue à l’atelier de Madame Artisan Fleuriste où j’ai retrouvé Marion (dont je vous parlais récemment) et toute sa joyeuse équipe. Ils s’occupaient ce jour-là de 3 mariages alors tout le monde s’activait. Marion avait choisi de me faire participer à la préparation et à l’installation d’un mariage sur le thème du végétal. C’est assez rare et j’étais donc très impatiente de voir ça !

2014_08_21_Artisan Fleuriste_2

2014_08_21_Artisan Fleuriste_6

2014_08_21_Artisan Fleuriste_8

2014_08_21_Artisan Fleuriste_9

Nous laissons les garçons et leurs fleurs pour nous occuper de charger le camion avec nos plantes et autres végétaux. Et on a pris la route direction Ermenonville et son château avec la compagnie d’Audrey, une fleuriste qui travaille avec Marion cet été.

2014_08_21_Artisan Fleuriste_48

Dès notre arrivée les filles se dépêchent de décharger et installe un petit coin pour travailler. Puis elles déposent sur les tables de la grande salle toutes les plantes décoratives préparées à l’avance avant d’entreprendre la décoration des chandeliers.

2014_08_21_Artisan Fleuriste_28

2014_08_21_Artisan Fleuriste_53

2014_08_21_Artisan Fleuriste_27

Ces quelques plantes donnent déjà un peu plus d’âme à la salle qui paraissait vraiment très froide à notre arrivée. Mais ce n’est que le début. C’est maintenant que nos fleuristes vont faire le plus gros du travail.

2014_08_21_Artisan Fleuriste_19

2014_08_21_Artisan Fleuriste_18

2014_08_21_Artisan Fleuriste_14

Les chandeliers finis les voilà qui s’attaquent aux lustres.

2014_08_21_Artisan Fleuriste_35

2014_08_21_Artisan Fleuriste_36

2014_08_21_Artisan Fleuriste_40

2014_08_21_Artisan Fleuriste_42

2014_08_21_Artisan Fleuriste_43

C’est au tour des appliques de connaître un relooking !

2014_08_21_Artisan Fleuriste_30

2014_08_21_Artisan Fleuriste_22

2014_08_21_Artisan Fleuriste_25

Déjà la salle n’a plus du tout le même look.

2014_08_21_Artisan Fleuriste_48

Mais ce n’est pas fini.
Il reste encore la cheminée derrière les mariés et les compositions pour le cocktail. Place à de la mousse et quelques fleurs pour la touche finale.

2014_08_21_Artisan Fleuriste_32

2014_08_21_Artisan Fleuriste_31

2014_08_21_Artisan Fleuriste_47

2014_08_21_Artisan Fleuriste_52

2014_08_21_Artisan Fleuriste_58

2014_08_21_Artisan Fleuriste_56

2014_08_21_Artisan Fleuriste_59

2014_08_21_Artisan Fleuriste_61

Et voici le résultat ! Instinctivement je ne me doutais pas que ça puisse être aussi joli avec si peu de fleurs. J’avais sous-estimé Marion !

2014_08_21_Artisan Fleuriste_64

2014_08_21_Artisan Fleuriste_63

2014_08_21_Artisan Fleuriste_71

Il est temps de rentrer et de voir si les garçons ont bien avancé.
2014_08_21_Artisan Fleuriste_62

On dirait bien que oui :)
2014_08_21_Artisan Fleuriste_73

***
A few weeks ago I arrived at the studio of Madame Artisan Fleuriste where Marion introduced me to her team. They were preparing the flowers and plants for 3 wedding on the same day so everyone was busy working on their dedicated tasks. Marion offered me to come to the preparation and installation of a wedding which theme was green and plants. It is quite unusual and I was very excited at the sound of it!

While the guys were taking care of flowers we loaded the truck with plants. And we hit the road to Ermenonville and its pretty castle. Audrey, another florist, joins us on this trip.

As soon as we arrive the girls are already unloaded the truck and finding a spot for them to get started. Then they take all the plants prepared in advance, put them on the tables and start decorating the candlesticks.

As the room starts to warm up with these first plants our two florists start their magic (and hard work).

When the candlesticks are ready they start decorating the chandeliers.

And then its the wall lamps turn to get a makeover!

The room looks very different at this stage. But it’s not done yet. We still have to decorate the chimney behind the newlyweds table and the arrangement for the cocktail tables. Make room to some flowers and to moss for the final touch.

The result is really great! At first I didn’t think that it would look so nice with almost no flowers. Well I was wrong!

It’s already time to go back to the studio and see if the guys have done a good job at preparing the other weddings. It looks like they did!

jeudi

4

décembre 2014

0

COMMENT

Portrait de Marion, artisan fleuriste

Written by , Posted in Perso

Marion est une jeune femme que j’aime beaucoup. Je l’ai rencontré via mon mari grâce à l’univers du mariage et je suis tombée sous le charme de ses créations. Et quand j’ai discuté avec elle j’ai adoré la femme aussi. C’est d’ailleurs à Marion que j’ai confié la réalisation de mon bouquet de mariage.

D’une douceur et d’un calme olympien, il semble que l’agitation et le stress d’un mariage n’ont aucune emprise sur Marion. C’est simple, lui parler vous calme instantanément.

Quand je lui ai demandé si je pouvais passé une journée à ses côtés pour une sorte d’immersion (très courte) dans sa vie d’artisan fleuriste elle a accepté. Je l’ai donc suivi dans la préparation et l’installation d’un mariage au thème végétal. Je vous raconte tout cela très bientôt.

2014_08_21_Artisan Fleuriste_1

Comment devient-on fleuriste ?
Je suis fille de fleuriste et je m’étais juré de ne pas faire ce métier étant plus jeune.
J’étais attirée par l’architecture d’intérieur. Mais j’ai finalement choisi de faire fleuriste. C’est une passion avant tout. J’ai alors décidé de monter mon entreprise avec l’aide de mon compagnon.

Pour devenir fleuriste, la formation professionnelle n’est pas obligatoire, pas besoin de diplôme pour se lancer. Sinon il faut passer par l’apprentissage : un CAP fleuriste, puis un BREVET PROFESSIONNEL fleuriste et enfin un BREVET DE MAITRISE (bac + 2).

2014_08_21_Artisan Fleuriste_7

Quelles sont les qualités d’une fleuriste ?
Il faut savoir regarder et observer les végétaux, avoir un minimum de goût et savoir accorder les couleurs, aimer créer et avoir de l’imagination. Etre fleuriste cela veut aussi dire s’adapter à la demande d’un client et être polyvalent car les tâches sont multiples et très différentes les unes des autres.

Quelle est la chose qui te plait le plus dans ton métier ?
Les nouveaux projets et les défis. C’est ce qui me donne envie de me surpasser. Cela rend les journées différentes et casse la routine.
J’aime aussi une chose simple : sur le marché aux fleurs, trouver les bonnes associations de couleurs et de végétaux pour répondre à un projet et découvrir chaque semaine les fleurs de saison.

A quoi ressemble la journée d’une fleuriste ?
Elle commence tôt le matin, au marché de Rungis avec l’achat de fleurs fraîches et des plantes.
En rentrant à l’atelier, il faut mettre à l’eau les fleurs, traiter les commandes du jour puis travailler sur les différentes demandes des clients et projets en cours (mariages, décors d’hôtels…) et l’organisation des différents projets et objectifs de la semaine.
Les journées ne se ressemblent jamais, il faut être très polyvalent (entretien des véhicules, bricolage, gestion, création, nettoyage…)

2014_08_21_Artisan Fleuriste_135

Je vous laisse découvrir les créations de Madame Artisan Fleuriste sur sa page Facebook. Et bientôt un article sur la belle journée que j’ai passé en sa compagnie.

lundi

1

décembre 2014

2

COMMENT

Singapour

Written by , Posted in Voyage

Grâce à mon boulot j’ai pu passer quelques jours à Singapour dont une demi-journée à visiter en Août dernier. Ce fut donc court pour découvrir complètement la ville mais j’ai adoré ce que j’ai vu. Et s’il fallait y vivre je pense que j’en serai ravie.

Ce qui m’a plu ?
J’ai trouvé que Singapour était un étrange mélange entre la Réunion et New York. Oui je sais c’est bizarre mais pourtant vrai.
Les mélanges culturels, le climat, la végétation, la nourriture, la gentillesse et le calme des locaux m’ont rappelé mon île natale. Le dynamisme, les gratte-ciels et l’anglais partout m’ont rappelé New York. Mais en plus c’est l’endroit le plus propre et le plus sûr que j’ai vu de ma vie.

Je n’avais que mon iPhone donc je n’ai pas les plus belles photos du monde mais ça donne un avant-goût. J’espère que ce court post vous aura réchauffé compte-tenu des temperatures du moment dans l’hemisphere Nord !

On y mange toutes les cuisines même si celle qui prédomine est asiatique. Et aussi on trouve plein de fruits exotiques.

2014_08_Singapour_6

2014_08_Singapour_8

2014_08_Singapour_9

2014_08_Singapour_10

City Tour
2014_08_Singapour_11

Le lion qui a donné son nom à Singapour
2014_08_Singapour_12
Marina Bay Sand
2014_08_Singapour_13
Quelques gratte-ciels depuis le taxi
2014_08_Singapour_14
Chinatown
2014_08_Singapour_15
Un temple bouddhiste
2014_08_Singapour_16

2014_08_Singapour_17

2014_08_Singapour_18
Le funiculaire pour aller sur l’île touristique de Sentosa
2014_08_Singapour_19
Le quartier Arabe
2014_08_Singapour_21

2014_08_Singapour_22

2014_08_Singapour_23
La petite pause à la piscine (oui bon…)
2014_08_Singapour_5

2014_08_Singapour_1
Lau Pa Sat – un food court comme il y en a beaucoup à Singapour
2014_08_Singapour_3
Chinatown de nuit
2014_08_Singapour_2
La vue depuis le rooftop du Marina Bay Sand
2014_08_Singapour_4
La vue de mon hublot au décollage de Singapour
2014_08_Singapour_24

***
Thanks to my work, I spent a couple of days in Singapore last August. I only had half a day to visit. So it was a very short stay to fully discover the city. But I truly loved what I was able to see. And if I was told to go and work there I wouldn’t mind it at all!

What I liked?
To me Singapore was a weird mix of Reunion Island and New York. I know it may sound crazy but let me explain.
The cultural mix, the food, the climate, the plants and the kindness of the locals reminded me of my island. The energy, the skyscrapers and the English heard and read everywhere reminded me of New York. Singapore wad also the cleanest and safest place I’ve been to.

I only had my iPhone with me so the pictures are not the best. But at least it gives an idea of my experience.

I ate about everything but the most popular cuisine is Asian. There is also all sorts of exotic fruits (see pictures above).

I did a City Tour. I saw the statue of the lion who gave its name to Singapore, Marina Bay Sand, Chinatown (day and night pictures above), a buddhist temple, a view of Sentosa, the Arabic quarter, well I did stop by the pool of my hotel ;), Lau Pa Sat one of the many food courts in town, and a rooftop view by night.

I hope you enjoyed this very short destination post given the outside temperature in the North hemisphere.

mercredi

5

novembre 2014

5

COMMENT

Les métiers manuels

Written by , Posted in Perso

J’ai comme projet depuis quelques temps de vous parler de métiers manuels.

2013_09_14_Salon_Revelations_10
Pourquoi ?
Je ne sais pas pour vous mais quand on a commencé à me demander de choisir quel métier je voulais faire je n’en savais strictement rien. Mais une chose est sûre je me disais que la réussite ce ferait dans un bureau. Il fallait faire de longues études, chères, avoir un gros diplôme, une mention et décrocher un stage parmi de grandes sociétés. C’est comme ça que je voyais l’avenir idéal.
J’ai alors forcé ma voie vers ce genre d’aspirations. J’ai eu mon Bac scientifique (sans mention), j’ai choisi des études atypiques pour l’époque (j’ai fait 2 ans en France et 2 ans aux Etats-Unis) en commerce, j’ai fait mon premier stage dans une très belle maison de luxe. Et puis j’ai commencé à flirter avec la réalité du monde du travail et ai alors travaillé en tant que vendeuse puis commerciale. J’ai refait des études pour avoir le sacro-saint Bac+5 grâce auquel je me suis spécialisée en nouvelles technologies (un secteur porteur). Et j’ai fini en agence digitale.

Est-ce que j’aime mon métier ?
Certains jours ça m’arrive. Il est stimulant et mes missions changent souvent. Je voyage un peu grâce à lui. C’est en cela que ça me plaît le plus. Mais je suis amoureuse d’un homme qui vit de sa passion et je peux vous dire que ça fait drôlement envie.

Quel rapport avec les métiers de création ?
Et bien je pense que s’ils n’étaient pas autant dévalorisés plus de gens y réfléchiraient avant de leur fermer la porte. J’ai toujours été très manuelle et pour autant je n’ai jamais considéré un avenir dans un métier moins « intellectuel ». Le système veut ça et aujourd’hui nous perdons des savoir-faire précieux parce que personne ne veut prendre la relève. Et pour autant il n’y a jamais eu autant de chômeurs. Attention les métiers manuels ne sont pas tout roses. Ce sont souvent des métiers répétitifs, parfois ingrats, mais aucun métier n’est simple.

C’est pourquoi j’essaie de rencontrer des artisans pour les suivre dans leur quotidien et pour qu’ils me parlent de leur métier.

Comme je vous ai déjà raconté une journée particulière chez Louis Vuitton, une visite au musée Baccarat ou plus récemment à l’usine Bernardaud, je vous propose de faire la connaissance de ces artisans de façon plus intime.
Le premier portrait que j’ai réalisé est celui d’un artisan fleuriste que j’aime beaucoup et que vous retrouverez très bientôt ici.
J’ignore si j’arriverai à continuer ce projet qui m’est si cher aux Etats-Unis mais je vais essayer.

***

I have a project: blogging about manual jobs and craftspersons.

Why?
In high school, when I was asked to say what jobs I’d like to do, I had no idea. The only thing I knew was that success had to be in an office. Meaning long studies, expensive ones, big diplomas, awards, starting a career in a famous company. That was what I thought as an ideal future.
So I pursued this path. Got my baccalaureate in Science (no honors), chose unusual studies at the time (2 years in France and 2 years in the US) in Commerce, got a first internship in a luxury company. And then I started to feel the reality of the job market and worked as a salesperson. Then went back to school to get the famous MBA and specialized in new technologies (a growing industry). And ended up in digital agencies.

Do I like what I do?
Some days I do. It’s a stimulating job, my missions change quite often, and I get to travel. I guess that all I really like about my job. I am married to a man who makes a living from his passion. And I can tell you: I envy him!

What’s the link with crafts?
Well I think in France we are too often discrediting these crafts jobs. I have always been very manual. Yet, I never considered a job other than an « intellectual » one. The French system does that and now we are losing precious savoir-faire because no one wants to do these jobs anymore even though the unemployment has reached historical levels.
I am not saying that these jobs are easy and pleasant though. It is usually very repetitive, sometimes ingrate. But well no job is simple, right?

That’s why I am trying to meet with some craftsperson to live in their shoes for a day and to ask them to talk about what they do.

Just like I blogged about a Louis Vuitton event, a visit to the Baccarat museum or more recently about Bernardaud factory, I have decided to meet some craftspersons in a more intimate way.
The very first portrait I did is of a florist I love. You’ll soon read about her.
I hope I’ll be able to continue this dear project of mine in the US but I’ll try.

mardi

4

novembre 2014

2

COMMENT

New York, here we are

Written by , Posted in Perso

IMG_4084

Je suis désolée parce que je n’écris pas beaucoup en ce moment. Il y a un mélange de flemme d’écrire (et de traduire), d’être débordée avec mon nouveau boulot, et d’avoir envie de profiter de chaque instant de libre pour vivre mon rêve éveillée plutôt que derrière mon ordinateur. Et puis il y a ce fichu clavier QWERTY !!!!

J’ai d’ailleurs quelques posts qui sont prêts depuis un moment mais que je n’ai pas publié. Alors je vais tacher de m’y remettre.

Comment s’est passée mon arrivée

Plutôt très bien. Notre vol aller avec Safari a été plutôt doux (je vous raconte les aventures qui composent un voyage avec un animal dans un article dédié tres vite). L’appartement est toujours aussi bien.
Ma petite soeur nous a rejoint du Mexique pour une semaine pour m’aider a m’installer et pour passer un peu de temps entre soeurs (chose qu’on avait pas fait depuis trop longtemps).
J’ai commencé à travailler le lendemain de notre arrivée donc pas eu le temps de trop réfléchir.

Mais le grand vide depuis 2 semaines c’est que mon amoureux de mari ne nous a pas encore rejoint. Il arrive dans une semaine et j’ai hâte qu’il découvre notre nouveau chez nous en personne et qu’on soit à nouveau réunis.

Pour l’heure j’écris depuis ma chambre d’hôtel a Cincinnati, Ohio, ou je passe 4 jours (pour le boulot bien évidemment).

L’adaptation

Pour ma part il y a 2 éléments à prendre en compte :
1/ j’ai déjà vécu dans ce pays et dans cette ville et je rêvais de revenir
2/ mon chéri n’est pas encore là

Alors pour le moment j’ai l’impression de retrouver tous mes réflexes et mes habitudes.
J’ai retrouve mon compte bancaire de l’époque, mon numéro de Sécurité Sociale ou « social security » (avec au passage un « credit score » excellent ce qui me donne droit a plein de facilites).
Ce qui m’a choquée la première fois que je me suis installée ne me choque plus, même si j’avais oublié certaines choses (comme les briques de blancs d’oeuf au supermarché par exemple !!!!).

Je n’ai pas non plus envie de faire trop de choses sans mon pti mari d’amour alors l’appartement n’a pas évolué depuis que j’y vis. Je veux qu’il ait la possibilité de se sentir chez lui et de vivre l’expérience depuis le début. Parce que c’est là où réside tous mes efforts : faire en sorte qu’il se sente bien ici.

Je vous raconte la suite de mes aventures bientôt !

Bisous de Cincinnati ;-)

jeudi

25

septembre 2014

0

COMMENT

Stonance

Written by , Posted in Perso

J’ai découvert par hasard les créations Stonance et j’en suis tombée amoureuse.
Non seulement j’ai eu envie de tout acheter mais j’ai eu le plaisir de rencontrer Aurélie qui est tout simplement adorable.

Aurélie Schweizer est joaillère. Elle réalise des bijoux sur mesure et a une petite collection suivie qu’elle vend en ligne et dans 2 boutiques : 1 à Paris et 1 à Montpellier. Et puis il y a peu elle a eu envie de proposer une gamme de bijoux plus accessibles. C’est ainsi que Stonance est né.

Je ne peux que vous inviter à aller jeter un oeil à ses jolies collections sur son site et de suivre ses actualités sur Facebook.

Pour ma part j’ai craqué et me suis faite offrir (en cadeau de départ par mes gentils collègues) 3 bagues Losange.

2014_09_24_Stonance_5

2014_09_24_Stonance_6

2014_09_24_Stonance_2

2014_09_24_Stonance_7

2014_09_24_Stonance_1

***
I have recently discovered the creations Stonance and I fell in love.
Not only I wanted to buy about everything but I also had the pleasure to meet Aurélie who is simply adorable.

Aurélie Schweizer is jewelry maker. She creates tailor-made jewels and also has a collection that she sells online and in 2 stores: 1 in Paris and 1 in Montpellier. And one day she decided she wanted to propose a collection of more accessible pieces. And that’s how Stonance was born.

I can only suggest that you go and have a look at the lovely creations on her site and to follow her news on Facebook.

As for me, I have already cracked and I got myself treated to 3 rings Losange (thanks to the generosity of my wonderful colleagues as a going away gift)